Quand j’étais petite fille, je me souviens avoir eu accès à la bibliothèque de la classe supérieure, que l’institutrice avait alimentée avec sa propre collection de bibliothèques vertes. S’y trouvaient un ou deux volumes d’une série maintenant oubliée : le carré d’as, quatre filles qui démêlaient de sombres histoires. Evidemment, j’ai tout oublié de l’intrigue, mais je me souviens que l’un des volumes m’avait accompagnée pendant des vacances normandes dans un maison assez glaciale et que tout cela se passait à l’ombre d’un château mystérieux. Après recherches, ces romans pour la jeunesse datent des années 60.

Eh bien, c’est un peu le même enthousiasme naïf qu’a éveillé en moi Trésor, une BD de Lucie Durbiano. Une histoire de chasse au trésor wisigothique par un professeur farfelu qui oublie ses médicaments, sa fille mathématicienne adepte de Barbara Cartland, son assistant au physique ingrat, un étudiant enthousiaste trop beau pour être honnête et une jolie comédienne blonde en mal de cachet.

Le trait est naïf, les couleurs acidulées, le rythme, entre romance, manigances et chasse au trésor, ne faiblit jamais, les répliques sont drôles, mais l’histoire n’est pas aussi simplette qu’elle y paraît : les jeunes manipulateurs ressemblent à un couple du cinéma Nouvelle Vague ; Christine, la fille de l’archéologue, joue à la ravissante idiote mais c’est elle qui mène la danse (les filles de la BD ont le beau rôle, elles mènent les garçons par le bout du nez) ; on se sent dans une comédie d’aventures à l’américaine, un peu cruelle, qui peut virer à la tragédie ; et d’ailleurs on échappe au happy end : trouver des trésors se paie finalement cher, et à l’instant fatidique on est amené à réviser ses priorités…
Une très jolie lecture, pétillante comme une coupe de champagne (qu’apprécie un peu trop le professeur…).

Merci, décidément, à Sonia et aux éditions Bayou !

tr_sor