J’ai fini depuis quelque temps déjà Hésitation et je n’ai pas grand chose à en dire : Edward est toujours aussi marmoréen, il y a encôôre un vampire sur les traces de Bella, on discute encôôre vampirisation. Pas grand-chose de neuf dans cet épisode, si ce n’est quelques scènes assez ridicules (ah Jacob jubilant de servir de bouillotte à Bella dans un sac de couchage, sous le regard offusqué – et glacial, bien sûr, du bel Edward) et le trophée de l’héroïne la plus tête-à-claques pour Bella et ses dilemmes (tout le monde veut la sauver, mais pourquoi n’irait-elle pas justement se jeter dans la gueule du loup – oups, pardon, je n’ai pas dit « loup-garou » - pour éviter que ses amis ses amours ne se sacrifient pour elle, histoire surtout de leur compliquer encore PLUS les choses ; on est bêtement humaine ou on ne l’est pas). Enfin, j’avais cru comprendre qu’il y avait hésitation, rivalité entre les deux personnages masculins, et bien en fait pas du tout, la situation ne me paraît vraiment pas ambiguë. Bon j’ai bien aimé malgré tout les légendes Quileute, qui m’ont fait penser à certains mythes comme l’intervention des Sabines dans la guerre entre leurs époux et leurs pères, même si, je sais, ça ne se finit pas du tout pareil.

tulipe_1Aussi ai-je envie de parler d’autre chose, d’un sujet dominical : la nourriture dans la saga Twilight.
Curieusement, la nourriture est justement un domaine dans lequel l’héroïne, d’ordinaire si maladroite, se sent à son aise. Innombrables sont les notations de préparations de repas pour son père, lequel se réjouit en particulier d’avoir récupéré sa fille parce qu’il mange beaucoup mieux qu’avant. Au début du tome 3, on le voit rater dramatiquement un plat aussi simple que des spaghetti à la tomate, probablement parce qu’il les a cuits dans une casserole trop petite et qu’ils se sont agglomérés ; par ailleurs, il ne sait pas qu’il faut retirer le couvercle d’un pot de sauce tomate. Bella, elle, sait tout cela, elle réalise même un peu plus tard un bœuf stroganov selon la recette de sa grand-mère, pour la plus grande béatitude de son père. Nous la voyons aussi très souvent faire la vaisselle. Ces activités domestiques semblent donc nous dire qu’elle est une fille responsable, une sorte de mère qui dorlote son propre père (ou remplace la femme enfuie).
La nourriture sert aussi à opposer les deux héros masculins : l’un ne mange rien, l’autre dévore. Si le vampire regarde sa bien-aimée déjeuner et s’esquive durant le dîner chez les Swan, le clou de la soirée Quileute pourrait être Jacob mangeant une vache, et on sait depuis le volume précédent que nourrir un loup-garou est une opération chronophage, vu tout ce qu’il faut préparer.
Difficile donc d’envisager un repas en amoureux : préparer un petit plat pour un beau vampire qui ne le mangera pas ou se faire piquer son dessert par un loup-garou affamé ?
Pourtant, c’est bien dans un contexte alimentaire que la rencontre amoureuse a lieu : le premier regard, c’est à la cantine qu’il est échangé. Premier regard entre un jeune homme au teint livide occupé à ne pas manger le contenu de son plateau et une Bella qui ne tardera pas à ne plus manger, l’estomac tordu par la timidité et l’amour.
Des amoureux vivant d’amour et d’eau fraîche…
tulipe2Alors quoi ? cette absence de prise de nourriture atteste du statut presque divin, en tout cas surnaturel, d’Edward ; aux dieux, il faut à dîner autre chose, que cela soit de l’ambroisie… ou de la chair, par l’intermédiaire des sacrifices dont les fumées sont censées les régaler.
Comme les dieux, les Cullen ont pouvoir de vie et de mort sur les hommes qui les entourent. Heureusement, ils ont choisi d’être végétariens.
Le terme a de quoi interpeller. Il est utilisé à titre de comparaison par Edward pour expliquer à Bella que les vampires se privent de leur nourriture naturelle, le sang humain, au profit d’un substitut : le sang des bêtes. Dans la suite de la saga, le mot est régulièrement réemployé. On peut trouver ça amusant, se dire que le végétarisme a le vent en poupe, puisque les vampires les plus sympas et les plus mode ont choisi d’emprunter cette voie de traverse, ont préféré ne pas se rassasier d’une nourriture qui contrariait leur éthique.
En même temps, cette définition du végétarisme a quelque chose de singulièrement triste : être végétarien, c’est renoncer, se priver de ce que vous aimez et qui vous fait terriblement envie. Comme si le repas végétarien était forcément une pénitence…
DSCN3188On voit finalement que, derrière les régimes alimentaires des deux héros masculins, il y a certaines valeurs : les loups-garous se réunissent pour partager un barbecue, vivent en meute, dans une communauté de pensées… Ils sont du côté de la convivialité, de la fête. Les Cullen (qui sont accueillants aussi, mais pas aussi exubérants que Jacob) apparaissent plutôt comme des êtres de devoir (surtout Edward !), faisant passer leurs convictions avant leur plaisir. On est loin du vampire nocturne et pulsionnel, le vampire nouveau réfléchit avant de croquer. La chair est triste, hélas, chez les Cullen (et je ne suis pas sûre de lire le 4e volume !). La belle choisira-t-elle le plaisir ou le devoir ? je crois que Bella, âme sœur d’Edward dans le goût du sacrifice, ne saurait vraiment hésiter… Brrr !

PS : oui, je tente une pathétique parodie des couvertures de Twilight.
DSCN3194
PS : eh bien moi, j’ai cuisiné en finissant Hésitation des spaghetti (hommage à Charlie, mais j’avais pris une casserole assez grande) au tofu fumé grillé (hommage à Edward). Avec un trait d’huile de sésame, c’était (à défaut d’être photogénique) pas mauvais du tout.
Une autre recette pour vampire végétarien