26 avril 2010

Les petites filles (et le mal)

C’est un conte : une petite fille nous raconte comment elle a découvert le mal (et percé certains secrets de famille), comment elle a mûri : pas en découvrant  le maquillage mais grâce à une poupée (alors que jouer à la poupée, elle allait bientôt ne plus avoir l’âge). Une poupée ancienne offerte par son oncle, dont la belle chevelure (une perruque de cheveux naturels) pourrait avoir de sinistres origines…Je ne sais pas si petite fille j’aurais apprécié cette histoire somme toute un peu angoissante mais plus grande j’ai bien aimé... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 18:29 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

19 avril 2010

A la dérive (Gatsby)

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1107304683 0 0 159 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal,... [Lire la suite]
18 avril 2010

Par terre

Mise en scène Je ne sais quel coup de vent (ou quelle colère) avait éparpillé sur le chemin du marché Le testament Donadieu(un roman de Simenon). J’en ai récupéré :les pages 417-418 et 423-424. « _J’accepte qu’on me tue, articula-t-elle…. » « Il avait aperçu, par l’entrebâillement du vison, la robe de chambre nacrée. »
Posté par rose_a_lu à 13:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 avril 2010

Enquête vite expédiée

Le début de Contre-enquête sur la mort d’Emma Bovary (Philippe Doumenc l’a tuer) commence de façon abominable : par une sorte de « previously on Madame Bovary » (la semaine dernière madame Bovary a été repoussée par tous et est menacée par le cruel Lheureux ; que va-t-elle devenir… ) mâtinée de « cinq dernières minutes » rapport aux policiers pépères qui apparaissent, chargés d’une enquête abracadabrante (aucune trace de meurtre sur la divine Emma, mais puisqu’elle présente quelques ecchymoses et qu’elle a beuglé « assassinée »... [Lire la suite]
14 avril 2010

Thérèse Raquin et le vampire (problème)

Soit un roman de Zola mettant en scène une jeune femme sanguine mal mariée à un garçon mou, vivant dans un passage parisien malsain (petite mercerie sans envergure tenue par la mère du légume) ; arrive un camarade de collège du garçon qui devient l’amant de la belle Thérèse, couple maudit, comment se débarrasser de l’époux ? ça, ça peut encore s’arranger, mais ensuite comment se débarrasser du souvenir de l’époux ? Soit un roman possédant déjà un potentiel fantastique (retour fantasmé de l’époux en mort-vivant putride, belle-mère... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 00:38 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 avril 2010

Repas dominical – à Bloomsbury

Avant de visiter l’exposition consacrée au groupe de Bloomsbury, nous nous étions installés autour d’une table de bistrot dans le hall-restaurant de la Piscine de Roubaix, récemment reconvertie en musée (le parcours exploite à merveille le bassin central, où nous vîmes s’aventurer deux comédiens portant maillots à l’ancienne et bonnets de bain multicolores, les cabines de douches autour du bassin qui assuraient la parfaite hygiène des nageurs et les baignoires individuelles des visiteurs dont les intentions étaient moins sportives... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 09:18 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 avril 2010

Impossible, Virginia

Ce qu’il y a de bien, c’est que ça oblige à prêter attention. Aux yeux pleins de larmes du garçon malade qui s’endort contre l’épaule de son père (métro). Au geste pressé du pâtissier tout rond qui fourre les gaufres à la vergeoise. Aux phrases qui s’envolent (« C’est peut-être du banjo. Ou du yukulélé. »)  Car la Chambre de Jacob de Virginia Woolf n’est faite que de ces petits instants qui composent l’existence d’un être que l’on ne fait que frôler. Jacob est maladroit ; sa présence est d’abord la sensation d’un corps, longue... [Lire la suite]