26 août 2010

La vie c’est mieux

Il y a des livres dont on se fait toute une joie. On grogne quand on ne les trouve pas chez le bouquiniste, on re-grogne quand ils sont absents des rayons du libraire… et quand on se rend compte qu’ils vous attendaient bien sagement à la bibliothèque, qu’ils vous tiendront compagnie pendant la fermeture estivale, on en est tout réjoui. Par exemple, Elles se rendent pas compte de Boris Vian. C’est un Vernon Sullivan, en fait, qui raconte comment un beau mec, Francis, vole de guet-apens en castagne en volant au secours de son amie Gaïa, une fille suffisamment jetée pour s’apprêter à épouser son dealer, lequel est manifestement homosexuel (splendeur et misère des riches héritières). Ce sera l’occasion pour Francis et son frère Ritchie d’affronter le gang lesbien de la sœur dudit trafiquant ; « elles se rendent pas compte », grommelle à tout propos notre héros,  en butte à toutes ces droguées-perverses-masochistes-et j’en passe. On devine, j’espère, que l’intrigue n’est pas d’une colossale fraîcheur ; les preux chevaliers remettant dans le droit chemin des jeunes femmes sexuellement égarées (et liquidant les brutes hommasses ou les vénéneuses castratrices) ont un joli côté beauf... C’est pour rire, c’est pour pasticher le roman noir, mais je m’explique mieux que ce roman de Sullivan soit moins connu que J’irai cracher sur vos tombes : il n’a rien d’inoubliable. Le narrateur a le désagréable tic de commencer presque toutes ses phrases par « je » fais ceci ou cela, dans un effort monotone et inutile pour suggérer une action effrénée. Il interrompt très régulièrement son récit par des ………………. qui éludent les scènes un peu zosées. Alors il a rempli une après-midi pluvieuse ; mais les vacances et leurs hasards littéraires, c’était mieux que la fantaisie forcée de ce petit roman.

DSCN4771

Par exemple, question …………, il paraît bien pâle par rapport aux Dessous de la littérature (pastiches cochons de Christine Brusson), que l’on soumit à mon appréciation. L’auteur y compose une amusante histoire de la littérature, revisitant Jules Verne, la comtesse de Ségur, Montesquieu ou Proust en imaginant la scène érotique qu’ils auraient pu ajouter à leur œuvre ; il faut passer la couverture (un Baudelaire en jarretelles…) pour goûter ces exercices de style qui marient sensualité et humour. C’est une belle déclaration d’amour à la chair et au texte, qui révèle aussi quelques petits maîtres curieux, auteurs de romans utopiques ou romantiques mineurs.

DSCN4734

Question style, au contraire, Fleur noire de Kim Young-Ha se défendit à peine mieux que le roman de Vian. Epopée d’une émigration de Corée au Mexique au début du vingtième siècle, le roman fait cependant oublier ce défaut (peut-être dû à la traduction ?) par son caractère foisonnant, ses personnages attachants issus de tous les milieux, le récit de leurs dérives dans une société esclavagiste, la collusion ces deux mondes étranges que sont la Corée (et ses traditions ancestrales) et les haciendas mexicaines. Roman d’amour, roman d’aventures, roman historique (c’est une histoire vraie) et politique, c’était une parfaite lecture de l’été, dévorée sur la route, le voyage lent et nauséeux des 1033 aventuriers sur les eaux du pacifique ayant pour écho les kilomètres d’asphalte entrecoupés d’arrêts sur des aires inondées de soleil où l’on finit les muffins du début de l’été. Je me souviens aussi de la troublante coïncidence entre la lecture d’un chapitre sur les violences de la guerre civile, durant laquelle l’un des personnages (un voleur roublard rattrapé par son destin) est crucifié devant une église avec le maître fanatique religieux qu’il a toujours soutenu, et l’arrivée dans un village martyr (on marche jusqu’à l’église, revenus plus de soixante ans en arrière ; les décombres des échoppes, encore meublées de squelettes de lits ou de machines à coudre, évoquent un Pompéi de cauchemar, détruit par une rage humaine et non par quelque catastrophe naturelle ; sous le soleil, la ville fantôme est béante ; on se rappelle quelques séquences du Vieux Fusil, revu cette année ; à la librairie il y a le journal de l’une des institutrices, qui comptait bien poursuivre ses études).

DSCN4610

Une autre ville fantôme, fictive, m’avait hantée quelques jours avant : la Babylone de Carnivàle, une série dont le visionnage a été sporadique mais marquant. On y retrouve l’atmosphère saltimbanque et inquiétante de Cristal qui songe et de Freaks. Malheureusement inachevée, la série conte le parcours initiatique d’un jeune homme bourru qui a le pouvoir de soigner (mais forcément ça a son revers) ; en parallèle, le frère Justin en Californie se révèle de plus en plus inquiétant en cherchant à suivre les injonctions divines. Roulottes baroques, foules en transe, atmosphère étouffante des états confrontés au Dust bowl, misère et douceur. J’y aime les hommes boiteux ou mutiques et les femmes fortes et plantureuses, à l’image de la meneuse de revue Rita Sue, magnifiquement filmée, ou de la femme à barbe si élégante. Mais l’épisode le plus fascinant est celui de la justice des forains dans cette ville minière, Babylone, que la vie semble avoir désertée, jusqu’à ce qu’une armée étrange de mineurs viennent assister aux spectacles de Carnivàle, et particulièrement au strip-tease des filles de Rita Sue, ce soir fatal…

DSCN4648

Un soir encore je suis tombée dans un Espèce d’espaces, à la suite de Perec ; il est difficile de sortir de cette étude à la fois rationnelle et intime des espaces de la vie quotidienne (le lit, la chambre, le quartier…) et de la vie d’écrivain ou de lecteur (la page). Ça donne envie de faire des listes, comme celle des lieux de l’été :
-le Strandbar en face du Bode Museum (même si les serveurs ne sont pas franchement charmants) juste après un bon concert d'Olinka Orphea, la chanteuse slovaque en quête d’Orphées et en voie de slovaquiser son contrebassiste allemand (miracle, la métamorphose se produisit ce soir-là, et moi j’étais contente de ne pas m’être complètement dégermanisée pour comprendre un peu son drôle de show) ; sur la plage le long de la Spree maintenant des couples un peu trop nombreux valsent maladroitement ; c’est déjà le dernier soir, à côté de moi Vanessa rêve de photographie (il faut goûter son Zupfkuchen) ; bientôt nous passerons devant le Tränenpalast et ce sera le moment de partir

DSCN4796

-dans un petit village de campagne sans clôture ni barrière, la petite rue que traverse une femme en noir qu’on croirait sortie d’un conte de sorcière ; c’est là aussi qu’habitait un assassin. « Je te prêterai le Détective », me dit celle qui sait toutes les légendes. « Il tue pour un arrosoir » sous-titre Détective. On voit une photo du fils de l’assassin avec sa chienne, nommée Finette. Dans une autre rue, on peut ramasser des baies de sureau et faire une première gelée.

DSCN4711

-dans un autre village où je trouve presque tout de suite des photos de Colette (réfugiée ici pendant la guerre, elle semble y avoir très bien mangé !), où les cyclistes en tenue reprennent des forces en visitant des expos pointillistes installées dans des églises presque en ruine ; même s’il ne fait pas toujours assez beau pour aller à la piscine

DSCN4776

-et puis aussi partout à vélo dans Berlin, à la terrasse d’un restaurant russe le dimanche midi en réglant les appareils photo ou en lisant les partitions trouvées aux puces, au bord de la Manche les soirs quand le ciel devient rose ou l'après-midi quand les chats se prélassent au soleil, dans le jardin les mains tachées par les mûres…

DSCN4783


Commentaires sur La vie c’est mieux

    C'est un billet vraiment chouette! Je suis tellement ravie de retrouver ton écriture après mon absence. Tes photos et tes descriptions de Berlin sont belles, j'aime surtout celle avec le musée C/O. Quel plaisir d'avoir pu passer ces moments précieux ensemble et j'espère que tu reviendras bientôt.

    Posté par Vanessa, 28 août 2010 à 10:20 | | Répondre
  • Tu as reconnu ce fameux ciel crépusculaire ! Et je compte bien revenir...

    Posté par rose, 29 août 2010 à 15:16 | | Répondre
  • Bonjour
    Il faut être indulgente. Comme tu le sais, Vian écrivait ses Vernon Sullivan un peu comme des blagues, des jeux littéraires pour l'amateur (et traducteur) de polars américains qu'il était. On dit qu'il se vantait de pouvoir en écrire un en 15 jours. C'est à lire dans cet esprit-là.

    Posté par Sibylline, 05 septembre 2010 à 11:30 | | Répondre
  • Je sais que je suis complètement injuste "Fais-moi mal", disait-il !

    Posté par rose, 05 septembre 2010 à 15:18 | | Répondre
  • Nous le sommes tous, c'est ce qui fait notre charme

    Posté par Sibylline, 06 septembre 2010 à 16:43 | | Répondre
  • Bel article, et c'est amusant de voir ici des photos de Berlin et ton regard sur la ville!
    (Baudelaire en jarretelles, je me demande bien ce que ca donne...)

    Posté par Magda, 07 septembre 2010 à 18:50 | | Répondre
  • Der Himmel über Berlin...

    Euh, Boris Vian a fait heureusement mieux que ses "Vernon Sullivan"... rien que ses chansons superbes... "La java de la bombe atomique", "le cinéma de papa"... on n' se lasse pas de les écouter en boucle... bon, il se défoulait (un peu comme les Virginie Despentes d'aujourd'hui, mais ces genres d'andouilles-là se prennent vraiment pour des z-auteurs, c'est là le hic !)...

    Tes étranges photos de Berlin... je repense à la grâce aérienne de la photographie (signée Henri Alekan) du film "Les Ailes du Désir" ("Der Himmel über Berlin") de Wim Wenders... les quatre Ours attendant le bus me font sourire... (Boucle d'Or a été remplacée par un Panda géant)...

    Mon propos est un peu décousu ce soir, Rose, pardonne-moi...

    Peu tenté par Charles Baudelaire en porte-jarretelles (genre couv' accrocheuse bien beauf'), je vais commencer ce soir "La peau de chagrin" de Balzac (pas en peau d' lapin et suite à la vision du téléfilm hier soir)... et je t'invite dans le merveilleux univers du grand magicien Dino Buzzati...

    C'est sur ... http://www.fleuvlitterature.canalblog.com/, bien sûr...

    Amitiés !

    Posté par dourvac'h, 23 septembre 2010 à 22:20 | | Répondre
  • Le lien est :

    http://www.­fleuvlitterature­.­canalblog.­com/

    (... ça n' passait pas à cause de la virgule, gasp !)

    Posté par dourvac'h, 23 septembre 2010 à 22:22 | | Répondre
  • Magda : ça donne un montage pas terrible, mais le livre est bien mieux que ça (Et je lis avec plaisir tous tes articles berlinois !)

    Dourvac'h ino Buzzati est un souvenir de lecture de vacances, il y a quelques années. Autour de la table du dîner, on ne se souvenait plus si les Tartares arrivaient finalement et on m'avait annoncé une fin très différente de celle que je découvris ensuite J'ai quelques courts Balzac en vue moi aussi, à vrai dire...

    Posté par rose, 26 septembre 2010 à 22:11 | | Répondre
Nouveau commentaire