21 février 2011

« Je fais du style cannibale. On marche dans les tripes. » (Lire Salammbô)

-Lire Salammbô, se retrouver complètement ailleurs (une Carthage mythique, celle des sacrifices d’enfants à des dieux cruels, dépeinte dans une langue brillante comme des enluminures d’or sur un parchemin taché de sang, comme elle a été rêvée par des esprits fiévreux du 19e siècle) et se rendre compte que la réalité n’est pas si éloignée de cette pure rêverie littéraire, à mesure que la Tunisie et ses voisins occupent les colonnes des journaux de leurs révoltes et de leurs soubresauts au fil du mois de janvier
((car il faut un bon mois pour lire Salammbô, c’est une lecture qu’on peut interrompre – pas arrêter mais entrecouper de lectures moins hiératiques)
Salammbô est la fresque de la guerre opposant à l’issue de la première guerre punique l’armée carthaginoise aux troupes bigarrées de mercenaires levées pour combattre les Romains ; les Carthaginois ne veulent pas leur payer la solde promise et les mercenaires finissent par se rebeller et mettre les cités alliées à feu et à sang ; il faudra le génie stratégique d’Hamilcar pour rétablir péniblement la situation – et faire triompher finalement la cruauté la plus sacrilège – comme quoi heureusement l’histoire n’est pas toujours amenée à se répéter)
DSCN5006
-Se préparer à faire l’expérience d’une forme d’ennui hypnotique ; la chair du texte, c’est la description des réserves d’Hamilcar, énumération de ses richesses, visite du maître jusqu’au fond d’une sorte de caveau plein de « myrobalon », de « bdyllium », de safran et de violettes, de gommes, de poudres, de fioles de verre, de branches de filipendule, de pétales de roses, où sur une cuillère d’électrum, on fait goûter un peu de malobathre, avant de percer des besoars avec une alène. C’est le récit des manœuvres militaires lors des batailles rangées, fantassins ou cavalerie qui viennent enrouler une aile, renfort d’éléphants hérissés d’armes qui tranchent les membres, que d’audacieux soldats transpercent avant d’être écrasés sous les bêtes qui choient, description des machines de guerre lors des sièges, projectiles lancés sur les assaillants, meules de moulin, pilons, cuves, plomb liquide, manteaux trempés de sang. C’est la description des troupes barbares, qui brandissant des queues de vaches au bout d’un bâton en manière d’étendards, qui équipée de carquois en poils de chats, menant des chiens hauts comme des ânes, qui portant des boucliers en cuir d’hippopotame, des mangeurs de sauterelles, de poux, de singes, venant sur des chevaux peints, des zèbres, des buffles. C’est surtout la description de supplices inouïs, de corps découpés, crucifiés, déchirés, déshumanisés au point de n’être plus qu’une forme complètement rouge, quand la maladie, comme celle du suffète Hannon, n’a pas commencé le travail de la guerre en couvrant la chair d’ulcères, d’appendices verdâtres, de tubercules de graisse.
poirson4
-Cela ravive les souvenirs antiques de sacrifices à des dieux obscurs… les citernes de Carthage que les archéologues ont retrouvées… les armées enfermées dans des carrières ou des défilés rocheux qu’on laisse mourir de faim, de soif et d’infection à mesure que les lieux deviennent insalubres… les processions d’éléphants… le serment du farouche Hannibal, un serment de haine que son père lui fait prêter…

-Ne pas espérer se raccrocher aux personnages principaux, aussi beaux et froids que des statues. Certes il y a une histoire d’amour. Mais le fantasme du chef libyen Mâtho pour la fille (imaginaire) d’Hamilcar tient de la pulsion de mort, tandis que la princesse, tout occupée par d’obscurs tourments mystiques (ou sacrilèges) à l’égard de la déesse Tanit, entretient pour le mercenaire une attirance mêlée de haine (il a volé le voile de la déesse). C’est une vierge guerrière qui vient dans la tente de Mâtho (point culminant de l’intrigue) jouer les Judith pour sauver la ville et sans doute se perdre dans cette relation sadique.
De même, on découvre un Hamilcar torturé par l’amour paternel, qui le pousse à sacrifier un autre enfant qu’il s’abaisse à laver et parer lui-même, avant de l’envoyer au bûcher.

-Ecrit après Madame Bovary, Salammbô surprend par son absence d’ironie et son orientalisme furieux qui en fait une œuvre follement romantique. Mais on ne doit pas s’y tromper : si Flaubert se laisse aller à son goût pour le beau bizarre et l’horreur, il y a la même passion du détail, du vrai, et surtout la même distance avec les héros, observés comme des cobayes, décrits avec une sensualité mêlée d’effroi. On comprend que le siècle de Flaubert ait été fasciné par le corps révélé de Salammbô, lové prêt d’un serpent malade, pris dans l’étreinte furieuse du Barbare au milieu des spasmes d’agonie des captifs ennemis. C’est sans doute dans cette hypocrisie que se situe l’ironie de Flaubert, dans cet érotisme maladif permis parce que mis à distance par les siècles et les mers.

matho4
-En bref, c’est horrible et admirable. C’est à lire absolument.
matho5


Commentaires sur « Je fais du style cannibale. On marche dans les tripes. » (Lire Salammbô)

    J'ai lu Salammbô il y a si longtemps que je m'en souviens à peine ! Pourtant, il m'avait plu, à l'époque ! Encore un classique à ressortir des étagères pour le découvrir à nouveau, un de ces jours !

    Posté par virginie, 22 février 2011 à 08:39 | | Répondre
  • J'avais dû m'arrêter en pleine lecture... une lecture dite obligatoire et des détails qui me lassaient.
    Mais après avoir lu sur la jeunesse de Flaubert (collection 20 ans), j'ai bien envie de me plonger dans cette lecture, longue et pleine. Je serais effectivement plus attentive aux descriptions "médicales" où le corps est à disséquer, à ce désir plein d'effroi que je remettrais dans la perspective de la "lassitude sexuelle" de FLAUBERT. et puis il y a ce que tu présentes, cela donne envie.
    Merci de revenir nous offrir tes lectures et tes points de vue, cela fait plaisir.

    Posté par VanessaV, 22 février 2011 à 14:20 | | Répondre
  • virginie : on gagne vraiment à relire Flaubert, c'est une lecture qui "vieillit" bien avec nous ; je crois qu'il y a quelques années je me serais vraiment ennuyée

    Vanessa : merci à toi de passer ! l'envie d'écrire ici s'était émoussée mais Flaubert m'a un peu réveillée... et c'est vrai que c'est encore mieux en connaissant un peu l'homme (ça allège en partie l'oeuvre de son côté froid et impressionnant)

    Posté par rose, 22 février 2011 à 17:46 | | Répondre
  • Je n'ai jamais réussi à lire ce roman, et je ne crois pas que je le reprendrais, en dépit de ses qualités.
    Ce que j'aime beaucoup c'est ton billet,vraiment très bien agencé, détaillé, bref superbe!

    Posté par dominique, 23 février 2011 à 12:18 | | Répondre
  • Il s'est donné tant de peine pour écrire comme un boucher! RIP!

    Posté par Chabrol, 03 août 2013 à 02:34 | | Répondre
  • Il s'est donné tant de peine pour écrire comme un boucher! RIP!

    Posté par Chabrol, 03 août 2013 à 02:34 | | Répondre
Nouveau commentaire