05 mai 2010

Sur l’immense agrément de découvrir Forster (benchmark de baisers)

Piazzia della Signoria, Florence -Avec vue sur l’Arno est un délicieux roman en deux parties et trois baisers (donnés par deux hommes différents à la jeune Lucy Honeychurch, jeune voyageuse habilement (?) chaperonnée par une vieille fille geignarde durant un voyage en Italie ; l’un se nomme George Emerson, garçon assez mystérieux, à la saine franchise mais fils d’un père un peu trop direct pour être perfectly correct aux yeux de la bonne société britannique de 1905 ; l’autre est Cecil Vyse, jeune homme bien sous tous rapports... [Lire la suite]

03 février 2009

Notes sur Tentation de Stephenie Meyer

Stupéfaction : le titre français veut-il vraiment dire quelque chose ? Tentation : tentation de mourir ? de passer de la splendeur d’une existence presque inhumaine à une stupide vie si « quotidienne » (avec un loup-garou, quand même) ?Vertige arithmétique : vaut-il mieux vivre avec un vampire de 90 ans votre aîné que sa transformation a figé dans sa dix-huitième année, tandis que vous vieillissez inexorablement ? ou avec un loup-garou d’un an et quelques mois de moins que vous, vous dominant cependant de 40 cm par la taille et de... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 08:48 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 juillet 2008

Détresse du marin à quai

Pendant quelques jours, les quais de la ville ont pris des airs de fête ; un goût de plaisirs de l’Île enchantée (je suis encore sous le charme de l’essai de Philippe Beaussant sur la naissance de Versailles) : voiliers exotiques amarrés dans nos eaux citadines, concerts, somptueux feux d’artifices tirés tous les soirs au-dessus du port, foule amassée sur les quais et champagne-macarons pour happy few sur les ponts bien cirés, illusion de la vie de mer (à toute heure on surprend - et photographie - les marins lessivant la coque ou... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 19:04 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2008

De la difficulté d’arriver au pouvoir, puis de l’exercer

Au royaume du péplum, les Américains sont rois : Alexandre, Maximus (le héros de Gladiator) ou même Achille parlent anglais dans le texte ; il n’y a d’ailleurs pas que le cinéma qui s’intéresse aux grands hommes romains, les studios de télévision ont aussi produit ces dernières années moult relectures de la guerre de Troie ou des troubles politiques qui ont secoué la Rome du Ier siècle avant JC (la plus grande réussite étant le feuilleton « Rome », absolument passionnant).Cette vogue antique n’a pas épargné la littérature : Steven... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 mai 2008

Le petit copain ?

Toute l’énigme du roman de Donna Tartt tient dans ce titre : qui est ce mystérieux petit copain ? Est-ce Hely, le compagnon de jeux de l’héroïne, un garçon un peu plus jeune qu’elle, un peu amoureux d’elle, (mais ils ne sont pas vraiment à l’âge des flirts…), prompt à dire tout ce qui lui passe par la tête, un vrai gamin… et prêt à faire des choses qu’il regrettera lorsque Harriet, cet été-là, décide de retrouver (et de tuer ?) l’homme qui a assassiné son frère Robin, un matin de fête des mères, alors qu’elle n’était encore qu’un... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 12:30 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :
30 avril 2008

Repas dominical sicilien : passons au dessert…

En mai 1860, Garibaldi débarque avec les chemises rouges en Sicile, à Marsala ; à Palerme, pendant ce temps, la vie du prince de Salina suit son cours immuable, rosaire, dîner, escapade galante, visite de métayers… Un emploi du temps bien réglé, un entourage qu’il tyrannise, une autorité qui paraît éternelle… mais le débarquement de celui qu’il regarde comme un Vulcain barbu, un « cocu » peu dangereux, a commencé le lent travail de sape qui entraînera le déclin total de sa famille cinquante ans plus tard. Dîner donc. La nappe... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 00:35 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

28 avril 2008

Repas dominical sicilien, pour réconcilier peuple et noblesse - 22

Vous n’ignorez plus ma passion littéraro-culinaire pour Giuseppe Tomasi di Lampedusa, dont les quelques œuvres, en particulier Le Guépard, sont émaillées de morceaux de bravoure gastronomiques. Comme le cher écrivain a eu le bon goût de naître fin décembre, et se trouve donc être un auteur capricorne (je vous dis que nous étions faits pour nous entendre), je m’autorise à lui consacrer un autre billet, capricorne mais culinaire quand même !Le Guépard relate le déclin de la famille Salina à l’époque du Risorgimento italien. Dominée par... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 16:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
16 avril 2008

Memento mori

Ce n’est pas ça du tout. « La fille du Cannibale » de Rosa Montero n’est ni un roman d’épouvante comme le suggère le titre, ni un roman de chick-litt comme le laisserait croire la couverture. Par contre, quelque chose est bien livré à l’héroïne (Lucia Romero) dans une petite boîte, mais ce n’est pas une paire d’escarpins vertigineux, c’est un doigt humain. Celui de son mari. Car Ramon a disparu, il s’avère qu’il a été enlevé par une obscure organisation, « Fierté ouvrière », et comme dans tout enlèvement la méthode employée pour faire... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 08:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
29 mars 2008

"En bas, sur le canot"

Quand Erzébeth m’a proposé de répondre à une version courte du questionnaire de Proust (trait dominant du caractère, mots préférés, mets préférés, ...), j’ai tout de suite pensé à une nouvelle de Salinger. Elle s’appelle « En bas, sur le canot ». C’est le refuge qu’a choisi le petit Lionel, 4 ans,  pour sa fugue, et sa mère, la spirituelle Boo Boo, doit déployer des trésors d’ingéniosité pour le faire revenir à la maison : lui faire croire qu’elle est amiral pour arriver à monter sur le canot, lui faire avouer les mots méchants... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 18:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
21 février 2008

Leonardo Sciascia (Capricorne et littérature – 2)

Au départ, je voulais réveiller mon italien par une petite lecture rapide et efficace ; et puis « Una storia semplice » est devenue une lecture capricorne, car Leonardo Sciascia est né le 8 janvier 1921 en Sicile… Il n’a cessé d’écrire sur sa terre natale, en particulier des sortes de « contes policiers », satiriques, dont la morale à tirer est souvent politique (et dénonce en particulier la mafia). Il est d’ailleurs entré en politique en tant que conseiller municipal de Palerme, puis député européen et député au parlement italien.«... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 18:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :