21 février 2011

« Je fais du style cannibale. On marche dans les tripes. » (Lire Salammbô)

-Lire Salammbô, se retrouver complètement ailleurs (une Carthage mythique, celle des sacrifices d’enfants à des dieux cruels, dépeinte dans une langue brillante comme des enluminures d’or sur un parchemin taché de sang, comme elle a été rêvée par des esprits fiévreux du 19e siècle) et se rendre compte que la réalité n’est pas si éloignée de cette pure rêverie littéraire, à mesure que la Tunisie et ses voisins occupent les colonnes des journaux de leurs révoltes et de leurs soubresauts au fil du mois de janvier ((car il faut un bon... [Lire la suite]

21 juin 2010

Nénuphars et camélias

Je tousse sur un vieux livre de poche emprunté à la bibliothèque, recouvert de plastique gras, que j’imagine compulsé par tous les tuberculeux rouennais depuis sa publication.Quelques passages avaient pu m’illusionner : écrits dans un style assez clinquant, pleins du paradoxe de la putain virginale ; mais non, la Dame aux camélias est bien comme je me l’imaginais : un roman pas très malin, mi-romantique (la fille de joie transfigurée, l’amour mortel, les amants faits l’un pour l’autre) mi-réaliste (ou plutôt ¾ réaliste, car tous ces... [Lire la suite]
19 avril 2010

A la dérive (Gatsby)

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1107304683 0 0 159 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal,... [Lire la suite]
04 avril 2010

Impossible, Virginia

Ce qu’il y a de bien, c’est que ça oblige à prêter attention. Aux yeux pleins de larmes du garçon malade qui s’endort contre l’épaule de son père (métro). Au geste pressé du pâtissier tout rond qui fourre les gaufres à la vergeoise. Aux phrases qui s’envolent (« C’est peut-être du banjo. Ou du yukulélé. »)  Car la Chambre de Jacob de Virginia Woolf n’est faite que de ces petits instants qui composent l’existence d’un être que l’on ne fait que frôler. Jacob est maladroit ; sa présence est d’abord la sensation d’un corps, longue... [Lire la suite]
15 février 2010

"Il faut bien dire qu'un homme vous encombre fâcheusement une maison !"

Si vous vous sentez nostalgique des après-midis passés chez votre grand-mère à siroter un tilleul (dont elle conservait les fleurs séchées dans une grande boîte en carton, peut-être l’emballage d’un drap ou celui d’une chemise du grand-père) ou un lait chaud sucré au miel ; elle vous racontait les menus bouleversements du bourg : madame Unetelle accueillait pour les vacances sa petite-fille et celle-ci passait ses après-midis à la piscine (l’accompagner une seule fois suffit à saccager tous vos beaux souvenirs de parties de nain jaune... [Lire la suite]
06 février 2010

De la malédiction d’être belle et du bonheur de vivre cachés

Etre plus belle que toutes les nymphes réunies, avoir la beauté d’Aphrodite, ce n’est pas forcément une sinécure. En effet, votre vie manque singulièrement de piquant : dès qu’un homme vous voit, paf, il tombe amoureux et est prêt aux pires complots pour vous retenir à ses côtés. C’est en tout cas la leçon que Callirhoé, héroïne du plus ancien roman grec (écrit à l’époque romaine), tire de ses aventures. A chaque fois qu’elle doit être présentée à un nouvel homme, elle éprouve même un petit frisson : à partir de la deuxième partie du... [Lire la suite]

19 décembre 2009

Pandore et les révolutionnaires

Vous ne le savez peut-être pas, mais Zazie a vu le jour il y a cinquante ans. Le Havre, ville natale de son père (spirituel), lui a consacré une petite exposition  où on la découvre croquée par divers illustrateurs, où l’on peut lire les drôles d’hommages de certains papous venus la fêter il y a quelques semaines (l’un par exemple se charge de rejeter sa candidature à la RATP ; si elle veut devenir astronaute (comme elle l’apprend au tonton Gabriel) pour faire chier les Martiens, Dieu sait ce qu’elle pourrait faire endurer aux... [Lire la suite]
04 août 2009

Au pays de la reine aux cheveux d’ambre et du roi-éléphant (Eté en science-fiction - 3)

Donné pour le tome II du « Cycle du Latium » après le si poétique Phénix Vert, Le peuple de la mer est en fait une publication posthume de Thomas Burnett Swann, rattaché tardivement aux autres romans de l’auteur inspirés de L’Enéide de Virgile et des mythes de fondation de Rome.Ceci explique sans doute qu’après l’installation d’Enée et d’Ascagne dans le Latium (tome précédent), le récit revienne en arrière pour conter la rencontre tragique de la reine de Carthage, Didon, et du héros troyen. Et aussi qu’on puisse noter quelques... [Lire la suite]
08 juillet 2009

Un été en Science-fiction – 1 Ce que rêvent les pierres

Cet été, j’ai décidé de faire des voyages imaginaires et d’explorer une littérature que je connais mal : la science-fiction, la fantasy, le fantastique. J’y ai déjà fait une petite excursion très agréable via le Latium antique des dryades de Thomas Burnett Swann, et j’espérais poursuivre grâce aux Falsificateurs d’Antoine Bello (mais là je me suis arrêtée net). J’aimerais bien retrouver le choc de la première lecture d’Auprès de moi toujours (pas à proprement parler un roman de SF, mais Ishiguro en exploite les thèmes, même si son... [Lire la suite]
31 mai 2009

« Enée doit mourir ! »

Dans le Latium primitif, ce n’est plus tout à fait l’âge d’or, mais les créatures merveilleuses qui peuplent le Bois d’errance (dryades tissant dans les arbres qui leur donnent leur force, centaures jardiniers et coquets, faunes lubriques méprisés par les dryades) vivent encore un temps d’innocence et s’inquiètent de l’arrivée du héros troyen et de ses pirates : Enée le boucher, l’abuseur de femmes, doit mourir, c’est la mission que la reine des dryades, Volumna, a confiée à ses sujettes (car les dryades n’élèvent que les filles que... [Lire la suite]