06 janvier 2008

Crimes et désaccords

"Je l’ai tué parce que j’avais mal à la tête. Et lui qui vient me parler, sans s’arrêter une seconde, de choses qui m’étaient totalement indifférentes. C’est la vérité, et même si elles m’avaient importé j’aurais fait de même. Avant de le faire j’ai regardé six fois ma montre avec ostentation : il n’en a fait aucun cas. Je crois cependant que c’est une circonstance atténuante qui devrait être sérieusement prise en compte."Dans Crimes exemplaires, le surprenant Max Aub donne très brièvement la parole à des assassins... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 16:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2008

Illustrissime gâteau

Sur les conseils de Lily, j’ai goûté à l’enchanteur et illustrissime gâteau café-café  d’Irina Sasson (sur une recette de Joëlle Tiano). Je dois dire que le titre m’avait déjà alléchée sur plusieurs blogs : j’aimais cette promesse féérique, ce superlatif à l’antique, ce double café qui claquait.Le livre est plus modeste que son titre : on plonge dans les souvenirs d’une très vieille dame, des souvenirs à la fois extraordinaires (« l’Histoire avec sa grande hache » l’a cruellement séparée du reste de sa famille) et communs à tous... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 10:17 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
29 novembre 2007

Comment j’ai repoussé un garçon d’Italie

Je n’avais jamais lu Philippe Besson, et, pour une raison mystérieuse, j’avais décidé de le découvrir grâce à Un garçon d’Italie. A cause de l’autoportrait (supposé) de Filippino Lippi en couverture (beau visage presque féminin, le portrait craché de l’un des personnages du roman) ? Parce qu’un mort nous parle pendant une bonne partie du livre (j’aime les fantômes et les histoires de disparition) ? Parce que cela se passe à Florence, « ville des princes et des énigmes », dit la quatrième de couverture (belle formule de guide de... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 22:05 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,
17 novembre 2007

Café amer

Samedi dernier tombait dans ma boîte à lettres un petit livre  à bandeau rouge, avec la photo de l’auteur (une jeune femme avenante), et un titre qui annonçait des frissons : Court, noir, sans sucre. La métaphore caféinée fait d’Emmanuelle Urien une sorte d’héritière d’Annie Saumont, grande prêtresse de la nouvelle, dont l’un des recueils s’appelait déjà Noir, comme d’habitude. Comme elle, la jeune femme souriante du bandeau rouge ne recule pas devant des situations brutales ou sordides (morts, violences, deuils, désespoir dans... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 16:15 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2007

Une longue consultation

Voilà un livre qu’il faudrait lire d’une traite. Mes mauvaises pensées de Nina Bouraoui prend la forme d’une longue consultation chez le psychanalyste, c’est un flux de paroles sans chapitres ni paragraphes, les phrases sont longues, les épisodes, les années s’entremêlent… On est happé et aussi perdu, avant que ne se mettent en place les grandes lignes du livre.La narratrice vient confier sa peur de se montrer violente avec ceux qu’elle aime, elle qu’on juge si tendre. A plusieurs reprises revient l’impression d’étouffer – crises... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 10:07 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
12 octobre 2007

Bruit et fureur

J’ai connu une fille qui était amoureuse d’Achille…Alessandro Baricco, Homère, Iliade. Cherchez l’intrus. C’est bien l’écrivain italien, qui a choisi ce curieux titre Homère, Iliade, alors même qu’il nous explique dans une courte préface comment il va trahir le malheureux aède (il veut organiser des lectures publiques du grand chant de guerre et il trouve le texte « illisible »).La plupart de ses parti-pris sont contestables : d’abord il supprime les dieux. Et la tragédie, alors ? Plus de sorts soupesés dans la grande balance du... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 21:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

06 octobre 2007

Stevenson et la coupe du monde de rugby

Il y a environ deux semaines, je trouvai ma voisine (une délicieuse vieille dame à l’accent britannique) installée devant sa maison, occupée à tricoter et à prendre le soleil, tandis que par la fenêtre ouverte nous parvenaient des échos sportifs. « C’est l’équipe des îles Samoa qui joue, cet après-midi » précisa-t-elle pour justifier le boucan du salon. Et il se trouvait que l’ami de sa petite-nièce était un joueur de l’équipe (une partie de sa famille a rejoint la Nouvelle-Zélande) ; il était déjà venu en France pour des matchs et... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 18:34 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
27 septembre 2007

En compagnie des loups… et des femmes

Les contes d’Angela Carter, publiés en 1979 sous le titre The Bloody Chamber (La compagnie des loups pour le titre français), possèdent un merveilleux pouvoir d’envoûtement.Le recueil est une réécriture des contes les plus célèbres de Perrault, Grimm, ou madame Leprince de Beaumont, et d’autres encore (le Roi des aulnes : Goethe, et sinon ?…).Angela Carter en actualise souvent l’action : « Le cabinet sanglant » se passe au début du XXe siècle, je crois, comme plusieurs autres nouvelles. Epoque qui s’harmonise avec la langue expressive... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 23:29 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
21 septembre 2007

Nancy Huston - Instruments des ténèbres : se réconcilier avec ses fantômes

Voici un roman déjà un peu ancien dans la bibliographie de son auteur, au nom poétique, mystérieux et vaguement machiavélique (trait commun d’ailleurs à la plupart de ses titres), Instruments des ténèbres. Le roman alterne des extraits de deux manuscrits imaginaires. D’abord le carnet Scordatura, un carnet « discordant » : c’est le journal de Nadia, écrivain qui s’est rebaptisée Nada (Rien), et aussi une sorte de conversation avec son daimôn, son inspiration, qu’elle associe aussi au démon et au mal. Nada se présente comme une... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 17:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2007

C’est la rentrée ! Suivons François Bégaudeau « entre les murs »…

Enseignant dans un collège du 19e arrondissement de Paris, le narrateur  relate une année scolaire « entre les murs » de cet établissement, le titre n’évoquant pas une prison, mais un lieu où l’on vient un peu à contre-cœur et qui a ses propres codes. Excellente idée de lecture de rentrée, satisfaisant également à ma quête de littérature française contemporaine.J’avais -je dois le dire- certains a priori car la littérature portant sur le monde enseignant et la vie dans la classe comporte toujours un certain nombre de lieux... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :