24 octobre 2010

Avec le temps

Je l’avais pris en photo un après-midi d’été en compagnie de la « cafetière miraculée » (celle qui occasionna un intense brainstorming un dimanche à Berlin pour décider comment la transporter, accompagnée de ses tasses, soucoupes, pot à lait sans renoncer à flâner devant la East Side Gallery, puis qui effectua, tapie dans une valise, un superbe vol plané avant de gagner les soutes de l’avion du retour) ; le matin, les larmes coulaient sur les dernières pages du Portrait de Margaret Ogilvy par son fils, un livre d’une grande tendresse... [Lire la suite]

08 juin 2010

Votre questionnaire est incomplet

Cher Jin Wang, vous qui êtes le héros de la BD American Born Chinese de Gene Luen Yang, si je vous proposais un petit questionnaire qui circule en ce moment sur la blogosphère ?Alors, d’abord, signe particulier ? American born chinese : né à San Francisco de parents venus étudier en Amérique, qui s’y sont finalement installésMauvais souvenir : mon arrivée à l’école Mayflower lorsque mes parents ont déménagé, lorsque la maîtresse a déformé mon nom et annoncé que je venais tout droit de Chine ; les remarques qui ont suivi sur les... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 08:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 mai 2010

Adolescences

Dans Skim,L’héroïne ressemble à un tableau de Foujita, chat dans les jambes mais mollets dodus Les profs de lettres disent des choses folles et font expérimenter les amours impossibles Les filles veulent devenir sorcières l’amour vous transforme – ou vous tue Les reines du lycée peuvent devenir des outsiders Les vrais Roméo et Juliette, ce sont une fille amoureuse de sa prof et un garçon qui aime son copain d’entraînement C’est très joli de se décolorer les cheveux Skim = un peu barré dans son genre mais super... [Lire la suite]
26 avril 2010

Les petites filles (et le mal)

C’est un conte : une petite fille nous raconte comment elle a découvert le mal (et percé certains secrets de famille), comment elle a mûri : pas en découvrant  le maquillage mais grâce à une poupée (alors que jouer à la poupée, elle allait bientôt ne plus avoir l’âge). Une poupée ancienne offerte par son oncle, dont la belle chevelure (une perruque de cheveux naturels) pourrait avoir de sinistres origines…Je ne sais pas si petite fille j’aurais apprécié cette histoire somme toute un peu angoissante mais plus grande j’ai bien aimé... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 18:29 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
10 janvier 2010

Les fêtes et les étoiles

Le feu crépitait, les cadeaux avaient été déballés déjà, l’élégante théière, le parfum un peu capiteux, et nous regardions Calvero accueillir avec bienveillance dans son appartement une jeune femme désespérée, une danseuse que ses jambes ne portaient plus. Il y eut plusieurs moments de délectation dans Les Feux de la rampe  de Charlie Chaplin : voir Calvero analyser en une seule conversation les conflits psychiques de sa jeune patiente comme s’il avait pratiqué Freud toute sa vie alors qu’il est un saltimbanque alcoolique ;... [Lire la suite]
12 décembre 2009

Que savent les petites filles que l'on ne sait pas ?

Parce que c’est ma voix préférée des Papous dans la tête, avec son accent qui roule et réchauffe. Parce que j’étais curieuse de ces petits éloges inédits publiés par folio dans sa collection à 2 euros.Tout autant qu’un « petit éloge », c’est une exploration du monde oublié ou opaque des « petites filles » que livre Eva Almassy. Elle convie les petites filles connues et aimées, les actrices petites filles mais aussi toutes les Zazie, les Lolitas, les princesses au petit pois et petites filles aux allumettes, les saintes et les... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 22:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

07 octobre 2009

Pour finir les Harlequinades...

... une petite quatrième de couv' harlequino-SF pour le jeu de Fashion et Chiffonnette. L'été prochain, vous lirez : LA CAPTIVE DE PLUTONIA Parce que les liaisons pluricosmiques de Cyrus 4 l’ont terriblement fait souffrir, Isadora s’est décidée à subir une désensibilisation sur la planète factice de Plutonia. Lorsqu’elle s’éveille le lendemain de l’opération, elle s’attend à couler des jours tranquilles comme une mare automnale, étrangère aux passions, et les tests du docteur Robin confirment chaque matin son parfait... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 21:41 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 septembre 2009

Un vampire végétal ?

Lectrice de manga monomaniaque, je limite ma consommation de BD japonaise à une seule mangaka : Setona Mizushiro. La publication d’une nouvelle série vient de commencer chez Asuka : Black Rose Alice revisite le mythe du vampire, mais… à l’orientale. C’est-à-dire que le vampire selon Mizushiro est un personnage encore plus épuré de ses traits folkloriques que ceux de Stephenie Meyer. Bien sûr, il n’a plus peur du grand jour ; il se nourrit de la vie d’êtres qui lui offrent leur sang sans presque qu’il ait besoin de le demander… Pour... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 18:50 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 août 2009

Sombre printemps

Unica Zürn était la compagne d’Hans Bellmer, et c’est une poupée désarticulée inspirée de celles qui ont rendu l’artiste célèbre qui fait la couverture de Sombre printemps, un récit en partie autobiographique de l’enfance d’Unica.Ce court roman traduit de l’allemand est composé de phrases simples, limpides, tranchantes ; sous cette apparente clarté, c’est toute la complexité de l’âme d’une enfant qui est explorée. Dureté de la vie de famille : père en voyage, frère violent découvrant la sexualité.  Elle aussi découvre le désir,... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 août 2009

Harlequinades (deuxième) - De la mythologie infernale et de l’insularité grecque dans la littérature romantique

Le hasard des vacances me plaça devant un étal de Harlequins vintage, au sein duquel mon regard accrocha un titre qui n’aurait pas déparé la liste des épisodes d’Ulysse 31 : La vengeance de Hadès, d’Anne Hampson. Il s’agissait d’une réécriture Harlequin du mythe de l’enlèvement de Perséphone par Hadès. Ma curiosité scientifique s’éveilla. Puisque les livres se vendaient par lot de cinq (pour un prix ridicule), d’autres œuvres à sujet plus ou moins grec ou plus au moins mythologique rejoignirent le premier volume, afin de former un... [Lire la suite]