06 février 2010

De la malédiction d’être belle et du bonheur de vivre cachés

Etre plus belle que toutes les nymphes réunies, avoir la beauté d’Aphrodite, ce n’est pas forcément une sinécure. En effet, votre vie manque singulièrement de piquant : dès qu’un homme vous voit, paf, il tombe amoureux et est prêt aux pires complots pour vous retenir à ses côtés. C’est en tout cas la leçon que Callirhoé, héroïne du plus ancien roman grec (écrit à l’époque romaine), tire de ses aventures. A chaque fois qu’elle doit être présentée à un nouvel homme, elle éprouve même un petit frisson : à partir de la deuxième partie du... [Lire la suite]

30 janvier 2010

Et puis Salinger…

A l’issue d’une semaine grise, la nouvelle de la mort de Salinger m’a abattue, persuadée que j’étais que les mythes ne meurent pas. Le reclus volontaire, aux histoires tendres, familières et pleines d’une souffrance discrète, me plaisait infiniment, dans sa misanthropie même. J’ai lu plusieurs fois L’attrape-cœurs dans une traduction d’Annie Saumont qui s’efforce de restituer l’oralité du texte ; mais il fallait toujours passer l’artificialité de cette langue (alors que la prose d’Annie Saumont est si efficace dans ses propres... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 19:29 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 janvier 2010

Je ne lis plus

Je commence un recueil de poèmes (et ce n’est pas la révélation attendue), un texte antique (ou deux), une traduction italienne, un roman bien plié dans du papier transparent de la bibliothèque, sur la page de garde duquel quelqu’un a écrit en lettres capitales ECOUTE ! (au crayon), et je les oublie. Je  vais au cinéma (ou dans mon salon devant la télé). Jamais je n’ai vu avec une telle fréquence des films allemands ! Après le double visionnage d’un film de Fassbinder, je me suis dit que j’étais prête à regarder sans sous-titres... [Lire la suite]
18 janvier 2010

La vérité sur les spaghettis à la sauge (de Marie)

Indifférente à la chronologie amoureuse de la trilogie que Jean-Philippe Toussaint consacre à Marie (attirance fatale, toujours contrariée, toujours retissée), je reposai « Faire l’amour » sur les rayonnages de ma bibliothèque-chapelle pour commencer directement par « La Vérité sur Marie », parue cette rentrée et soudainement disponible. Autant tout savoir, tout de suite. Non ?Non. Le roman rassemble les récits de trois épisodes de l’histoire du narrateur et de Marie. Leurs retrouvailles une nuit de canicule à Paris, lorsque le nouvel... [Lire la suite]
12 janvier 2010

Horror (2)

Il y a un mois, je lisais un bouquin sur les monstres au cinéma et je décidais de mettre un peu d’horreur dans mes distractions cinématographiques.A ce jour, deux films (des eighties) vus parmi ceux conseillés par l’ouvrage : The Thing de John Carpenter (dans lequel une mystérieuse forme de vie investit un camp scientifique du grand Nord et tente de s’installer en copiant les organismes à sa disposition) et La mouche de David Cronenberg (un savant met au point une cabine permettant de téléporter la matière ; en l’essayant un soir... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 10:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 janvier 2010

Les fêtes et les étoiles

Le feu crépitait, les cadeaux avaient été déballés déjà, l’élégante théière, le parfum un peu capiteux, et nous regardions Calvero accueillir avec bienveillance dans son appartement une jeune femme désespérée, une danseuse que ses jambes ne portaient plus. Il y eut plusieurs moments de délectation dans Les Feux de la rampe  de Charlie Chaplin : voir Calvero analyser en une seule conversation les conflits psychiques de sa jeune patiente comme s’il avait pratiqué Freud toute sa vie alors qu’il est un saltimbanque alcoolique ;... [Lire la suite]

31 décembre 2009

Lectures vagabondes

-Dans la voiture, en attendant de s’arrêter pour déguster l’œuf dur, le pain… et les biscuits de Noël préparés pour la route : l’affaire de la table étrusqueAlors que mon ventre creux n’attendait plus que l’heure du pique-nique, je lisais la description d’un tombeau étrusque dont la particularité est de porter, modelées en relief et peintes, les images de tous les ustensiles nécessaires à la vie, et en particulier une belle batterie de cuisine (curieuse lecture, d’accord, mais qui m’a beaucoup réjouie. Lisez plutôt). Une table de... [Lire la suite]
19 décembre 2009

Pandore et les révolutionnaires

Vous ne le savez peut-être pas, mais Zazie a vu le jour il y a cinquante ans. Le Havre, ville natale de son père (spirituel), lui a consacré une petite exposition  où on la découvre croquée par divers illustrateurs, où l’on peut lire les drôles d’hommages de certains papous venus la fêter il y a quelques semaines (l’un par exemple se charge de rejeter sa candidature à la RATP ; si elle veut devenir astronaute (comme elle l’apprend au tonton Gabriel) pour faire chier les Martiens, Dieu sait ce qu’elle pourrait faire endurer aux... [Lire la suite]
12 décembre 2009

Que savent les petites filles que l'on ne sait pas ?

Parce que c’est ma voix préférée des Papous dans la tête, avec son accent qui roule et réchauffe. Parce que j’étais curieuse de ces petits éloges inédits publiés par folio dans sa collection à 2 euros.Tout autant qu’un « petit éloge », c’est une exploration du monde oublié ou opaque des « petites filles » que livre Eva Almassy. Elle convie les petites filles connues et aimées, les actrices petites filles mais aussi toutes les Zazie, les Lolitas, les princesses au petit pois et petites filles aux allumettes, les saintes et les... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 22:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
09 décembre 2009

Monstres

L’un de mes films préférés est un film de Georges Franju, Les Yeux sans visage. Dans un noir et blanc expressionniste, nous voyons une femme mystérieuse enlever des jeunes filles dans une voiture qui n’est pas sans rappeler une mythique 2CV  et les livrer à un diabolique professeur. Les étages de la clinique sont hantés par un fantôme mélancolique : c’est la fille du professeur, défigurée dans un accident de voiture. Elle porte un masque blanc, elle ressemble à un Pierrot égaré chez les hommes, elle est toujours accompagnée d’une... [Lire la suite]