26 juillet 2009

Dirty (pom pom-)girl

Tandis qu’en Italie les cigales crissaient-stridulaient-envahissaient l’espace sonore (tout cela dans la lumière éblouissante des après-midis), me revenait à l’esprit l’angoisse diffuse qu’elles provoquaient sur les pom-pom girls en colo à Pine Ridge de Laura Kasischke, dans Rêves de garçons.Bien coiffées, maquillées et épilées, à peine couvertes de hauts aguicheurs, Kristy et ses copines passent leurs vacances à s’entraîner à crier sans forcer la voix durant les épreuves sportives et à intérioriser le code de conduite de la parfaite... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 19:23 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 juillet 2009

Un été en science-fiction – 2 « Ne croyez surtout pas ce que vous voyez de vos yeux »

Andrew Wesley est devenu journaliste pour faire plaisir à son père adoptif, journaliste lui aussi. Il ne ressent aucune curiosité pour sa famille biologique, mis à part qu’il a la conviction que quelque part il a un frère jumeau (ce que ne confirme aucun document officiel) dont il perçoit les émotions. Lors d’une enquête assez futile sur une secte, il fait la connaissance de Kate Angier. Elle est la descendante de Rupert Angier, un prestidigitateur du début du siècle qui a été le rival d’Alfred Borden, magicien lui aussi et ancêtre... [Lire la suite]
15 juillet 2009

"L’oie sauvage est arrivée"

… et voilà achevée la série coréenne « Histoire couleur terre » ; Deok-Sam, l’amoureux de la jeune Ihwa, doit partir et se faire pêcheur pour gagner l’argent qui lui permettra de demander la main de la jeune fille. Comme sa mère (l’amante de monsieur l’écrivain public), Ihwa souffre de l’absence de l’être aimé… jusqu’à ce qu’enfin son prétendant vienne la chercher et l’épouse (ce qui entraîne une nouvelle séparation, d’avec sa mère, cette fois). Le manhwa baigne comme les précédents dans une atmosphère poétique et bucolique.... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 juillet 2009

Brève rencontre - fond blanc

Pendant les quelques jours de grande chaleur de la semaine dernière, je me suis plongée dans un roman rafraîchissant, et pas seulement parce qu’il ne cesse d’évoquer les tempêtes de neige qui empêchent la circulation automobile entre le Wisconsin et le Michigan, la neige dans laquelle on peut se coucher un après-midi durant avec son amoureuse pour regarder le ciel, les classes de ski qui permettent certaines rencontres inoubliables… mais aussi, donc, parce qu’il raconte l’histoire d’un premier amour. La merveille en question est un... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 15:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 juillet 2009

Un été en Science-fiction – 1 Ce que rêvent les pierres

Cet été, j’ai décidé de faire des voyages imaginaires et d’explorer une littérature que je connais mal : la science-fiction, la fantasy, le fantastique. J’y ai déjà fait une petite excursion très agréable via le Latium antique des dryades de Thomas Burnett Swann, et j’espérais poursuivre grâce aux Falsificateurs d’Antoine Bello (mais là je me suis arrêtée net). J’aimerais bien retrouver le choc de la première lecture d’Auprès de moi toujours (pas à proprement parler un roman de SF, mais Ishiguro en exploite les thèmes, même si son... [Lire la suite]
04 juillet 2009

Repas dominical – Nouvelle soirée canaille au Café Riche (Bel-Ami porte-t-il bien son nom ?)

Il est toujours amusant de retrouver dans un roman une scène qu’on a déjà lue ailleurs : ainsi Bel-Ami témoigne-t-il de la vogue durable du Café Riche où, cette année, j’ai déjà suivi Renée et Maxime, les amants scandaleux de la Curée d’Emile Zola (roman publié en 1871, tandis que Bel-Ami date des années 1884-85). Souvenez-vous : c’est un restaurant où les riches bourgeois amènent leurs maîtresses (des cocottes) pour des soupers fins dans de petits cabinets particuliers. Dans La Curée, Renée y entre cachée sous un grand... [Lire la suite]

26 juin 2009

Falsifions, falsifions, il en restera toujours quelque chose

Sliv, un jeune homme tout juste diplômé, trouve un emploi dans un cabinet d’études environnementales, qui s’avère, dès la première mission, être une vaste fumisterie. Mais ce cabinet cache en fait un autre organisme, le CFR, qui s’emploie à des activités tout aussi fumeuses : falsifier la réalité afin d’avoir un impact sur elle, justement, afin de la modifier vraiment et de gagner du temps sur la marche de l’Histoire.L’idée d’Antoine Bello est séduisante et mise en scène dans Les Falsificateurs avec une certaine verve ; l’employeur de... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 17:17 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juin 2009

Sur la route

J’ai trouvé la bonne route. Elle me rappelle les départs en vacances, les nationales protégées par une arche de verdure qui cachent le ciel d’été. Au retour il y a des falaises, surplombant des magasins d’antiquités qui paraissent oubliés et poussiéreux.  On sort de l’ombre des grands arbres pour suivre le fleuve – l’eau est presque au même niveau que la route, et la vue est dégagée, sereine. A droite, une usine entourée d’un cimetière de bobines de toutes tailles, une école en briques qui porte encore la mention « Ecole de... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 22:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
25 juin 2009

"Viens dans ma soucoupe..."

C’était la fin de l’entretien ; le patriarche hochait la tête d’un air entendu en sirotant l’alcool multi-herbacé servi par sa dernière épouse et en survolant la fiche de synthèse que lui avait remise le prétendant...La suite dans le numéro de juin de Fanes de carottes.
Posté par rose_a_lu à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juin 2009

Vies parallèles

Je voulais lire La solitude des nombres premiers parce qu’après l’avoir vu sur de nombreux blogs (et d’abord sur celui de Virginie, qui l’avait beaucoup apprécié) je l’ai retrouvé en Italie sur les présentoirs des librairies (le roman a reçu le prix Strega, récompense plutôt prestigieuse).Me voilà donc embarquée dans le récit en parallèle des vies et des plaies de Mattia et d’Alice. Le début est terrible, et écrit de façon assez sèche pour mettre à distance l’émotion, procédé que j’aime assez. Mattia et Alice sont deux enfants qui... [Lire la suite]