21 février 2011

« Je fais du style cannibale. On marche dans les tripes. » (Lire Salammbô)

-Lire Salammbô, se retrouver complètement ailleurs (une Carthage mythique, celle des sacrifices d’enfants à des dieux cruels, dépeinte dans une langue brillante comme des enluminures d’or sur un parchemin taché de sang, comme elle a été rêvée par des esprits fiévreux du 19e siècle) et se rendre compte que la réalité n’est pas si éloignée de cette pure rêverie littéraire, à mesure que la Tunisie et ses voisins occupent les colonnes des journaux de leurs révoltes et de leurs soubresauts au fil du mois de janvier ((car il faut un bon... [Lire la suite]

21 juin 2010

Nénuphars et camélias

Je tousse sur un vieux livre de poche emprunté à la bibliothèque, recouvert de plastique gras, que j’imagine compulsé par tous les tuberculeux rouennais depuis sa publication.Quelques passages avaient pu m’illusionner : écrits dans un style assez clinquant, pleins du paradoxe de la putain virginale ; mais non, la Dame aux camélias est bien comme je me l’imaginais : un roman pas très malin, mi-romantique (la fille de joie transfigurée, l’amour mortel, les amants faits l’un pour l’autre) mi-réaliste (ou plutôt ¾ réaliste, car tous ces... [Lire la suite]
15 février 2010

"Il faut bien dire qu'un homme vous encombre fâcheusement une maison !"

Si vous vous sentez nostalgique des après-midis passés chez votre grand-mère à siroter un tilleul (dont elle conservait les fleurs séchées dans une grande boîte en carton, peut-être l’emballage d’un drap ou celui d’une chemise du grand-père) ou un lait chaud sucré au miel ; elle vous racontait les menus bouleversements du bourg : madame Unetelle accueillait pour les vacances sa petite-fille et celle-ci passait ses après-midis à la piscine (l’accompagner une seule fois suffit à saccager tous vos beaux souvenirs de parties de nain jaune... [Lire la suite]
04 juillet 2009

Repas dominical – Nouvelle soirée canaille au Café Riche (Bel-Ami porte-t-il bien son nom ?)

Il est toujours amusant de retrouver dans un roman une scène qu’on a déjà lue ailleurs : ainsi Bel-Ami témoigne-t-il de la vogue durable du Café Riche où, cette année, j’ai déjà suivi Renée et Maxime, les amants scandaleux de la Curée d’Emile Zola (roman publié en 1871, tandis que Bel-Ami date des années 1884-85). Souvenez-vous : c’est un restaurant où les riches bourgeois amènent leurs maîtresses (des cocottes) pour des soupers fins dans de petits cabinets particuliers. Dans La Curée, Renée y entre cachée sous un grand... [Lire la suite]
29 mars 2009

Organisez un souper canaille - repas dominical 30

Imaginez que vous vivez au XIXe siècle, sous le second Empire. Votre mari, plus âgé que vous (et assez mal fait de sa personne, même s’il faut lui reconnaître une certaine énergie – cet homme est une volonté) est un spéculateur qui brasse des millions, et vous passez votre temps en promenades, visites chez le couturier à imaginer la robe la plus originale (autant dire souvent la plus indécente), et commérages avec vos amies du couvent (comme cette époque vous semble lointaine !).D’abord enivrée par vos succès, vous commencez à... [Lire la suite]
21 mars 2009

L’infâme prêtre d’Isis et le volcan (sous la cendre de Pompéi – 3)

Il semble que le sanctuaire d’Isis retrouvé à Pompéi ait fasciné les visiteurs des XVIIIe et XIXe siècles : Mozart s’en inspire pour le décor de la flûte enchantée, Nerval lui consacre une nouvelle dans laquelle il rend compte du culte à la déesse et raconte sa visite à Pompéi, qu’il ne voulait pas voir gâchée, lui, par la compagnie pédante d’un « cicerone ». Dans « Les derniers jours de Pompéi » d’Edward Bulwer-Lytton, la perspective est tout autre : le prêtre d’Isis, Arbacès, est le grand méchant, celui qui initie à d’inquiétantes... [Lire la suite]
11 mars 2009

La morte amoureuse (sous la cendre de Pompéi - 1)

De nos jours, on ne se promène dans les rues de Pompéi que dans la journée. Et parfois, on a envie de commander quelques olives et un petit pain à l’huile au comptoir d’un thermopolium, ou de se reposer à l’abri du soleil dans un jardin somptueusement décoré… il semble que le cours du temps s’inverse, et que des voix sans visage chuchotent en latin derrière les colonnes.Alors imaginez ce que ce doit être de nuit…Car au XIXe siècle, les jeunes romantiques qui faisaient le voyage d’Italie rejoignaient Pompéi en train puis se logeaient... [Lire la suite]
04 mars 2009

Le spectre de l’Empire

Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac commence dans la bonne humeur, au milieu des plaisanteries des clercs de l’avoué Derville, des insolences de son saute-ruisseau, ainsi que des effluves du lunch des employés, mêlant sandwich au brie, côtelettes et tasse de chocolat.Et puis un fantôme surgit : un vieillard terne, mal vêtu, humilié, qui se révèle être un soldat de Napoléon déclaré mort à la bataille d’Eylau. Il raconte comment il a lutté pour s’extirper d’un grand tas de morts, à l’aide d’un bras sinistrement détaché d’un corps. Il... [Lire la suite]
22 décembre 2008

Strange Alice

« Je suis en retard ! » Comme le lapin blanc, courir après le mois de décembre, avec le sentiment d’être restée prisonnière de la fin de novembre et d’être relâchée au tout début des fêtes (qu’est-ce que c’est que ce congrès de pères Noël en moto sur le grand parking ? pourquoi n’ai-je ressenti aucune urgence à sortir les calebasses sculptées et le vrai-faux sapin bricolé il y a quelques Noëls ?).Marcher peu après l’heure du thé, en prenant son temps, vers la station de métro ; constater qu’aucun métro ne passera avant un bon quart... [Lire la suite]