06 mars 2009

Faire et défaire c’est toujours travailler - au théâtre cette semaine

Un atelier, juste après la guerre. Simone y entre comme « finisseuse ».Il y a Gisèle et ses chansons sentimentales, « ah bien sûr, c’est pas swing, c’est pas zazou… » « T’as qu’à les chanter toi tes conneries d’agitée, au lieu de laisser chanter les autres, c’est facile de se moquer ».Marie la bien nommée à laquelle on offre un cadeau de mariage, et c’est les « grandes eaux ».Madame Laurence « mon mari est fonctionnaire, parfaitement et j’en suis fière ! ».Mimi la grande gueule, la mauvaise langue, la gouailleuse « Toi t’occupe pas du... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 10:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 février 2009

Tant que je serai noire

Le titre choisi par les traducteurs du récit autobiographique de Maya Angelou me plaît tellement que je ne vois pas l’intérêt de chercher une autre formule pour intituler ce billet ! Le titre anglais est The heart of a woman, mais l’autre formule rend parfaitement compte de la barrière que la ségrégation place entre Blancs et Noirs dans l’Amérique des années 50-60, ainsi que de la force de la narratrice, de son désir de faire changer les choses.Lorsque le récit commence, Maya Angelou est une jeune chanteuse de jazz, mère d’un fils... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 08:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
05 janvier 2009

La vie les rêves

Cette nuit, j’ai rêvé que je faisais une croisière et que la cabine d’à côté était occupée par Boris Vian qui, étendu sur la couchette, planifiait en souriant je ne sais quel canular.La faute sans doute à quelque lecture passée et peut-être à un roman de Queneau (qui fut un fervent soutien pour ledit Boris) que j’ai fini ces derniers jours.C’est l’histoire de Jacques L’Aumône. Au début il est un petit garçon studieux qui reprend son père fabricant de mercerie quand celui-ci prononce mal le mot « épithalame ». Mais il est aussi le fils... [Lire la suite]
16 décembre 2008

« Bravo »… « si tu le dis comme « bonjour », déjà il veut beaucoup moins dire ce qu’il veut dire. »

Théâtre sans animaux… ainsi s’intitulent huit courtes "pièces facétieuses" de Jean-Michel Ribes. Sans animaux ? pas sûr. Du coiffeur qui rêve d’être goéland aux visiteurs de musée nostalgiques devant notre ancêtre la carpe, du frère qui a tout appris dans les livres sur les sentiments au descendant d’un violeur de président des USA qui se sent pris de pulsions sadiques quand le nom de son ancêtre  (Bob) est employé, on se retrouve dans ces pièces en bien étrange compagnie.Qu’est-ce qui fait l’homme, nous demandent ces... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 décembre 2008

La fille au cœur de nénuphar - en relisant l’Ecume des jours

Plongée en adolescence. Difficile de dire quand exactement j’ai lu ce roman pour la première fois. Je peux dater des vacances avant mon entrée au lycée ma lecture de L’arrache-cœur, dont il me reste quelques images fortes, le passeur au milieu des immondices ou des péchés des autres, la mère engloutissant des nourritures avariées, et finalement la prison de verre dans laquelle sa peur enferme ses trois garçons (toute inexactitude dans ces souvenirs ne serait absolument pas surprenante). C’est l’époque où je recopiais d’une belle... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 17:44 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,