aya2

Besoin de soleil ? J’ai poursuivi mon séjour à Abidjan où doit être élue Miss Yopougon. De nouveaux personnages apparaissent dans les tomes 2 et3, un coiffeur qui ressemble à Michael Jackson (je rappelle que l’histoire se situe à la fin des années 70), un parigot de retour au pays installé dans un bel hôtel, un bébé à la bouille trop joufflue pour qu’il soit vraiment le fils de son père…
C’est toujours la valse des prétendants et des espoirs, et le tourbillon gagne la génération des parents, les pères ne se révélant pas beaucoup plus sages que les jeunes filles en quête de mari. aya3
Vraiment les hommes n’ont pas le beau rôle dans ces deux épisodes qui les montrent infidèles, tyranniques ou fainéants… Heureusement, les femmes du récit leur tiennent la dragée haute, Aya en tête, la première à pressentir les lâchetés des amis de ses copines, à protester contre les velléités polygames de leurs pères ou contre les mariages forcés, tout en s’occupant plus qu’activement de son filleul Bobby (car « Dallas » faisait des ravages aussi en Côte d’Ivoire) et en poussant les cousins nourris-logés-contre-services-domestiques à s’affirmer.
Qui donc sera le prince charmant d’Aya ? Alors que le récit s’assombrit un peu, j’avoue que je ne peux m’empêcher de me poser cette question de midinette…