03 janvier 2009

Mille et une nuits

BD ou chocolat de Noël ? Les deux, merci (je ne sais pas refuser). Aussi ai-je fait une légère overdose des unes et des autres. Celle-ci trônait sur une pile de livres de bibliothèque… Autour du samovar, des femmes iraniennes de tous les âges échangent confidences et expériences ; les plus âgées encouragent les plus jeunes à quitter leurs illusions, il y a des pleurs mais le plus souvent des éclats de rires. Ces récits plutôt salés sont recueillis par Marjane Satrapi dans le petit volume des « Broderies », petites histoires cousues... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 16:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

16 décembre 2008

« Bravo »… « si tu le dis comme « bonjour », déjà il veut beaucoup moins dire ce qu’il veut dire. »

Théâtre sans animaux… ainsi s’intitulent huit courtes "pièces facétieuses" de Jean-Michel Ribes. Sans animaux ? pas sûr. Du coiffeur qui rêve d’être goéland aux visiteurs de musée nostalgiques devant notre ancêtre la carpe, du frère qui a tout appris dans les livres sur les sentiments au descendant d’un violeur de président des USA qui se sent pris de pulsions sadiques quand le nom de son ancêtre  (Bob) est employé, on se retrouve dans ces pièces en bien étrange compagnie.Qu’est-ce qui fait l’homme, nous demandent ces... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 novembre 2008

Et le petit Poucet ? perdu en chemin ?

Il vaudrait mieux que nous nous vouvoyions… Je serais une femme malade de sa propre histoire, lourde de deuils (ceux que j’aurais perdus, ceux que je n’aurais pas enfantés), et je vous rendrais visite dans une maison labyrinthique et isolée, entretenue par une servante invisible. Vous seriez mon psy et peut-être mon père ; vous déposeriez des contes de fées sur le bureau de ma chambre chaque soir (ou chaque matin ?) (comme vous ne l’avez pas fait dans mon enfance, je vous le rappelle). Je rêverais, nous parlerions.Il ventait très fort... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 07:11 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
10 novembre 2008

La guerre d’Alan (fragments d’avant la guerre)

Alan Cope est tout jeune quand Pearl Harbour est bombardé. Quelques années plus tard, il est appelé dans les rangs de l’armée américaine et à l’issue de sa formation il partira combattre en France (il débarque au Havre le 19 février 1945, le jour de ses vingt ans). Emmanuel Guibert a recueilli longuement les récits du vieil homme et a « dessiné » ses souvenirs, avec une grande sobriété qui se révèle souvent fort efficace. C’est la voix off d’Alan qui nous raconte ce qui n’est pas une épopée : dans le tome 1, ce sont les aventures... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 novembre 2008

Avis de relecture

Dans le train, installée par erreur en première classe, comme me l’apprirent les exclamations d’autres égarés (les fauteuils fatigués ne ressemblant pas vraiment à l’image qu’on se fait du confort), je feuilletais Auprès de moi toujours, de moins en moins vite. J’en achevais la relecture quelques jours plus tard, chez moi, prise à la gorge dès le début de la troisième partie par la même tristesse qu’il y a quelques mois. M’apparurent plus nettement dans les chapitres sur Hailsham, l’école utopique où étudient les personnages... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 12:56 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 octobre 2008

En lisant "Cendrillon"

Dans Cendrillon, Eric Reinhardt (mais est-ce vraiment lui qu’il peint ?) décrit son bureau qui est aussi un cabinet de curiosités : on y trouve entre autres un seul soulier de plusieurs paires des vertigineuses chaussures Louboutin, marque avec laquelle l’écrivain a collaboré pour un livre hommage. Cette fascination pour les pieds cambrés parés d’escarpins improbables le transforme en une sorte de prince charmant fétichiste (mais l’homme de Cendrillon ne l’était-il pas ?) ; installé plus tard dans un café près du Palais Royal,... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 22:48 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

17 septembre 2008

La bataille des cent chiens

Ce qui m’intéressait d’abord dans De Niro’s Game, c’était de regarder avec d’autres yeux le conflit au Liban, récemment traité au cinéma (avec quel éclat) par Ari Folman dans « Valse avec Bachir ». Le roman de Rawi Hage se déroule bien à la même époque, mais narre le quotidien violent de deux jeunes hommes vivant à Beyrouth, deux amis d’enfance, Bassam et Georges (dit De Niro). Dans la ville bombardée, la nourriture, l’eau manquent, les alertes obligent les habitants à se parquer dans les caves, mais les deux garçons défient la mort... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 21:57 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 septembre 2008

Baba Yaga ne vit pas tous les jours une existence de conte de fées

Le prince dépose sur ses lèvres un doux baiser, la princesse s’éveille, libérée du sortilège, et ils n’ont plus qu’à couler ensemble des jours heureux…C’est bien ainsi que s’achève la Belle au Bois Dormant dans l’imaginaire populaire.Perrault, un peu plus malin, pressentait bien que ça ne pouvait pas être aussi simple : le Prince se révélait assez inquiet à l’idée de présenter sa Belle à ses parents (il faut dire que sa maman était une ogresse), à juste titre puisque sa femme manquait de peu de passer à la casserole et d’être... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 08:14 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 septembre 2008

Sur le Pont de l’Hésitation

« Un artiste du monde flottant » : la quatrième de couverture du deuxième roman publié par Kazuo Ishiguro définit le monde flottant comme une métaphore pour les lieux de plaisir nocturne au Japon. Mais ce monde flottant désigne-t-il seulement l’établissement de Mme Kawakami ou le « Migi-Hidari », un café fréquenté par le peintre Masugi Ono (dans un quartier auquel on accède par le « Pont de l’Hésitation », comme suspendu entre deux mondes) ? Peu à peu, un autre sens apparaît : ce sont les années incertaines d’après-guerre, durant... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 08:24 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 août 2008

Lu au bord de la piscine - l'influence des esprits

« Ce roman ne doit pas avoir de mal à se vendre » me dit quelqu’un, en avisant les courbes des deux femmes sans visage en couverture (un détail d’une œuvre de Tamara de Lempicka), avec un titre, « Affinités », annonçant des développements voluptueux.Si ce roman de Sarah Waters est bien, comme l’annonce la couverture, le récit d’une attirance qui devient passion (à l’époque victorienne, Margaret, dame patronesse dans une prison, membre de la bonne société mais âme tourmentée, est fascinée par Selina Dawes, une belle détenue rendue plus... [Lire la suite]
Posté par rose_a_lu à 17:18 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,